Explorer la cité perdue de Pétra et flotter sur la Mer Morte, Jordanie

Encore un voyage sur un coup de tête ! Ayant acheté le billet d’avion 2 jours avant le départ, j’ai tracé mon itinéraire étape par étape, directement sur place. La Jordanie était sur ma liste des pays à visiter depuis quelques années, et la possibilité de prendre cet hiver 2 semaines de congés m’a permis d’éviter les grandes chaleurs du reste de l’année.

La Jordanie est un pays tranquille, malgré des voisins bien plus instables : la Syrie, l’Irak, Israël et l’Arabie Saoudite…

 

Le site le plus connu de Jordanie : le Trésor, à Pétra

 

Même si on pense immédiatement à Pétra, à la Mer Morte ou au désert du Wadi Rum, j’ai pu découvrir que la Jordanie est un pays très chargé d’histoire, tant profane que religieuse : les religions juives, musulmanes et chrétiennes trouvent leurs racines à la fois en Israël et en Jordanie.

Après m’être incrusté dans la voiture de location d’une famille d’italiens à 3h du matin pour quitter l’aéroport et rejoindre le centre d’Amman, et une nuit difficile, je me mets directement en route pour la Citadelle, qui surplombe la ville.

 

Vue depuis la Citadelle

 

Il faut savoir qu’Amman est construite sur plusieurs collines, et que ça grimpe pas mal entre les quartiers ! Sur le chemin, je me prends quelques pâtisseries orientales…dont certaines ont une couche de fromage de chèvre…beurk, j’ai horreur du fromage ! Mais les autres sont excellentes…

 

 

Temple d’Hercule

 

Si le site archéologique n’a pas un intérêt extraordinaire (pour peu qu’on ait déjà vu des ruines plus impressionnantes dans d’autres pays), il permet toutefois d’apprécier un panorama à 360° sur la capitale jordanienne et de découvrir un musée contenant de nombreux artefacts qui ont traversé les âges.

 

Mosquée Omeyyade

 

En redescendant, je visite l’Odéon, un petit théâtre, juste à côté de l’imposant théâtre romain, visible depuis la Citadelle.

 

Théâtre d’Amman

 

Je déambule ensuite dans les rues, les souks bruyants et colorés et termine la journée au Hashem, un petit restaurant très réputé pour ses falafels, où le Roi lui-même vient manger occasionnellement.

 

Ok, j’ai “un peu” trop commandé…je n’ai pas pu finir…
Mais bon, le reste du voyage, je n’ai mangé généralement qu’une fois par jour

 

Le second jour, je prévois de visiter Umm Qais, tout au nord du pays, à 2-3km de la frontière syrienne et 5km de la frontière israélienne. C’est le site de l’antique ville de Gadara et l’une des cités de la Décapole : un rassemblement de villes regroupées en ligue.

 

 

C’est également dans ce coin que Jésus Christ aurait chassé des démons dans un troupeau de porcs, qui iront ensuite se jeter dans la Mer de Galilée. Hélas, une brume recouvrait les environs ce jour-là, et je n’ai pu apercevoir que les rives du lac.

 

 

Sur place, je découvre notamment un grand théâtre de pierre noire et les restes d’une voie romaine longue de 1600m.

 

La frontière avec Israël est juste à côté

 

Je pensais aller ensuite à Jérash, mais les transports locaux n’étant pas du tout conçus pour les voyageurs individuels, je dois revoir mon programme. Je file donc vers le château d’Ajlun que je n’avais pas prévu de visiter : c’est une très belle forteresse musulmane du XIIème siècle.

 

Château d’Ajlun

 

 

J’y rencontre Marie-Charlotte, une française avec qui je partage un taxi pour rentrer sur Amman, et qui me propose de dîner avec un ami jordanien et elle. Cela me permet de découvrir un bar musical local que je n’aurais jamais pu trouver tout seul ! Nous partageons plusieurs plats ensemble et je découvre ainsi une partie de la gastronomie jordanienne !

Le troisième jour, nous louons une voiture avec Marie-Charlotte, pour visiter les alentours de la Mer Morte.

 

Rives de la Mer Morte

Rives de la Mer Morte

 

Et c’est une vraie chance pour moi, car c’est le seul moyen de m’y rendre : les transports locaux ne sont vraiment pas faits pour les routards, et je n’ai pas pensé à prendre mon permis de conduire. Elle veut d’abord aller à Béthanie-au-delà-du-Jourdain, site supposé du baptême de Jésus (mais démenti par plusieurs sources historiques). Vu le prix d’entrée et le fait que je doive me serrer la ceinture niveau budget, je préfère l’attendre dehors.

(Je suis parti avec un petit budget, et j’ai été surpris du niveau de vie sur place…ça reste peu onéreux par rapport à la France, mais c’est bien plus cher qu’en Asie par exemple).

Nous traçons la route vers la Mer Morte, où grâce à un tuyau trouvé sur Internet, on accède gratuitement à la mer. Ailleurs, il faut passer par des hôtels qui font payer une trentaine d’euros l’accès à la plage…c’est franchement trop cher pour moi !

Alors ok, notre petite plage était couverte de déchets et il a fallu négocier avec la police, mais au final on a pu profiter de cette expérience incroyable et unique au monde : flotter sur l’eau !

C’est vraiment dingue comme sensation, on peut se tenir sur le ventre ou le dos avec les jambes en l’air, sans aucun effort ! Une belle rigolade pour nous deux…c’est juste dommage d’avoir oublié de mettre une carte mémoire dans ma caméra pour avoir de meilleures photos…fallait bien que ça finisse par arriver un jour…

 

Désolé pour la qualité de la photo du coup…

 

Fait intéressant : même si fin décembre en Jordanie il fait autour de 10°, la Mer Morte étant le point le plus bas du monde (-429m), il y a un microclimat et l’eau était franchement bonne !

On a même pu se faire une petite cure de boue, une première pour moi…mais la boue de la Mer Morte est réputée mondialement et il ne fallait pas louper l’occasion !

 

La grande classe…

 

Attention à ne pas te mettre de l’eau dans les yeux ni à te baigner trop longtemps, car le sel, ça arrache ! 10 minutes maximum ! Heureusement, juste à côté, on a trouvé une petite source d’eau chaude pour se rincer…parfait !

Nous reprenons notre route et faisons un crochet par Machéronte, le château où Hérode Antipas a fait décapiter Jean le Baptiseur. Il ne reste plus grand-chose du palais à vrai dire…

 

 

Les ruines du château d’Hérode

 

Le soleil se couchant vers 16h30, les journées sont courtes, et nous arrivons trop tard à Madaba pour monter sur le Mont Nébo : les portes sont fermées. Alors on dîne dans un petit restaurant et nous disons adieu, de retour à Amman.

 

 

Quatrième jour ! Direction Pétra !

Je me lève à 5h et à peine réveillé, je grimpe les collines pendant 45 minutes, avec le sac à dos, au pas de course, car il n’y a aucun taxi à cette heure-là. Je passe ensuite 4h dans un bus de la compagnie Jett et arrive à Wadi Musa, la ville moderne accolée à Pétra.

 

Wadi Musa

 

Et là, je réalise que si l’hiver est la saison basse, la période de Noël, elle, est une mini saison haute : tous les hébergements sont complets. C’est seulement au bout de 2h de recherche à grimper et descendre les rues escarpées que je trouve où loger pour la nuit. Et je m’en sors bien, j’ai failli me retrouver à dormir dans une grotte avec d’autres touristes ! Vu la température, je m’en sors bien !

Comme il me reste quelques heures avant la nuit, je file faire un tour à Pétra, sachant que je vais y rester 3 jours.

Petite info utile si tu vas en Jordanie : achète avant ton départ le “Jordan Pass”.  Il te permet de visiter quasiment tous les sites touristiques du pays, et fait également office de visa. Il coûte 86/92/98€ selon le nombre de jours désirés à Pétra. Autant dire que si tu as le temps, autant prendre le Pass 3 jours vu la faible différence de prix. Sachant que le visa coûte 50€ et qu’un billet 1 jour à Pétra coûte également 50€, le calcul est vite fait : cela permet de visiter tous les autres lieux “gratuitement” !

 

Bref, après 3km de marche depuis l’hôtel, j’arrive à l’entrée du Siq : le défilé de 1200m, étroit et sinueux qui constitue l’entrée de la ville antique. Le bruit des sabots des chevaux qui tirent des charrettes résonne durant toute la traversée…

 

Le Siq, entrée mythique de la cité perdue

 

S’ensuit bien sûr le moment que tout le monde attend : la découverte du “Trésor”, la façade qui constitue la photo la plus connue du pays. Mais à cette heure-là, il y a beaucoup de touristes, vendeurs et autres conducteurs de chameaux, alors la photo parfaite attendra demain…

 

Une des nombreuses façades taillées dans la roche

 

En continuant mon chemin, je me rends compte qu’en fait, cette cité est immense. Genre…vraiment, vraiment, vraiment immense. Pour ma part, je ne connaissais que le Trésor, mais c’est une véritable ville avec d’innombrables tombeaux, creusés à même la roche.

 

Si les tombeaux sont vides, la nature a pris soin de décorer les murs et les plafonds

 

La beauté et la grandeur de Pétra me flanque une grande claque dans la tronche…c’est un endroit incroyable…

 

Le Grand Temple

 

Il y a un théâtre, des lieux de culte perchés sur les falaises, des temples…à perte de vue ! Et si la majorité des édifices sont des tombeaux, c’est parce que les Nabatéens étaient un peuple qui vivait essentiellement sous des tentes.

 

Tombeau de l’Urne

 

Après une petite “balade” de 2h30, je rentre et me couche tôt, afin de découvrir Pétra de bonne heure le lendemain pour éviter les touristes.

 

 

Et c’est vraiment là que la visite est magique !

En ce cinquième jour, à 6h du matin, on doit être une dizaine sur le site…pas de marchands, pas de chameliers, pas de touristes : Pétra et moi, c’est tout.

 

Le Trésor…

 

Seul à Pétra…un rêve !

 

J’en profite pour prendre des photos et vidéos, puis rencontre un jeune polonais aussi matinal que moi, qui m’encourage à suivre un petit chemin caché, qui débouche sur un long escalier.

 

L’intérieur d’un des tombeaux, squatté par les chèvres des bédouins

 

Cinq cents marches plus loin, je découvre le Trésor d’en haut ! Une vue imprenable, tandis que le soleil s’engouffre lentement dans le Siq…un souvenir inoubliable.

 

 

Au bout de deux heures de contemplation, je redescends et visite alors les nombreux temples, tombeaux et autres édifices de la ville basse.

 

 

 

Puis je grimpe derrière le temple de Dushares et m’aventure dans la vallée, au hasard…

 

Temple de Dushares

 

J’ai le temps, alors j’en profite…d’autant que tout le site est en descente…donc en montée au retour : il faut se ménager !

 

 

Je découvre alors des dizaines d’autres tombeaux, aux façades sculptées, dont je n’aurais même pas connu l’existence si je ne m’étais pas promené sans but. Un chemin débouchant sur un autre, puis des escaliers, je me retrouve finalement tout en haut des falaises, au Haut Lieu des Sacrifices.

 

Vue durant la grimpette

 

D’ici, on peut voir tous les paysages environnants, et même Wadi Musa, loin en haut derrière le Siq…

Le sixième jour, direction le Monastère…et bim ! 800 marches cette fois ! Si l’hiver, c’est déjà rude, je n’ose pas imaginer ceux qui entreprennent l’ascension en plein cagnard !

Mais cela vaut vraiment le coup, car le Monastère est encore plus imposant que le Trésor.

 

Le Monastère : 45m de large sur 42m de haut…soit la hauteur d’un immeuble de 15 étages…

 

Et quelques centaines de mètres plus loin, on profite également d’un magnifique panorama sur les canyons alentours et Israël.

 

 

Au retour, je négocie un tableau qui viendra rejoindre les décorations de mon appartement…je vais finir par manquer de place à force !

 

 

Allez…je traverse le Siq pour la sixième fois : c’est le moment de quitter Pétra et de partir découvrir le Wadi Rum, un fantastique désert qui me faisait rêver depuis quelques années…mais ce sera dans le prochain article !

Abonne-toi à la newsletter pour ne pas le manquer !

Retour à la catégorie

Commentaires

4 commentaires

  1. Avatar for Morgan (Un tour du monde)

    Nathalie Beauvin

    C’est super. Ça donne envie d’y aller!!

  2. Avatar for Morgan (Un tour du monde)

    Bernard Devisme

    Les photos sont d’une netteté étonnante et les prises de vues sont pertinentes.
    Des images familières du fait de la guerre mise en reportage aux informations télévisées mais captivantes malgré tout.

    • Avatar for Morgan (Un tour du monde)

      Morgan (Un tour du monde)

      Contrairement à ses voisins plus turbulents, la Jordanie est une destination sûre ! Il n’y a pas de guerre là-bas (pour le moment en tout cas), et la Jordanie accueille de nombreux réfugiés syriens.
      Dès que j’aurais terminé de réparer le blog, je m’attaquerai à la suite de ce voyage avec d’autres belles étapes, dont le désert du Wadi Rum !

Laisser un commentaire