Fin de voyage sur Isla Grande, Archipel des Rosaires, Colombie

Nous voilà mercredi 21 février, et c’est ma dernière journée complète en Colombie et quelle journée ! A 8h15, j’arrive au port où j’attends environ 40 minutes au milieu de centaines de touristes, pour monter dans un bateau pour Isla Grande. La traversée est…mouvementée !

Les vagues sont énormes et l’avant du bateau monte de plusieurs mètres, très haut, avant de s’écraser dans le creux suivant, au grand dam de mon dos.

Pourtant j’ai l’habitude, j’ai déjà pas mal voyagé sur des îles, notamment en Indonésie, mais là c’était vraiment pas rassurant. Ceux de derrière finissent trempés, mais on arrive finalement entiers sur l’île.

Le paysage est paradisiaque. On débarque sur une plage privée, comme toutes les plages de l’île, où je ne peux pas rester puisque je n’ai pas réservé de “journée tout compris” mais simplement une traversée. De toute façon, la farniente et la baignade au milieu des touristes ne sont pas vraiment ma définition du voyage, donc je finis par trouver un sentier qui file dans la jungle.

Iles Rosaires

Ma priorité est de faire décoller mon drone, car il y a moyen d’avoir des plans vraiment magiques. Hélas le vent est très fort, alors cela rend la manœuvre périlleuse. Les deux premiers vols sont assez courts et j’ai parfois quelques frayeurs, mais se passent bien.

Drone Rosario

Plus tard, j’essayerai de filmer la “Laguna Encantada” mais la caméra partira dans tous les sens et les rafales m’obligeront à atterrir sans avoir pu la filmer… Tant pis, on arrive au bout du voyage et malgré le crash à Salento à cause des chiens et les nombreuses interdictions de vol, j’ai pu ramener parmi les plus belles vidéos au drone que j’ai faites à ce jour (à découvrir très prochainement dans ma vidéo !).

Enfants Colombie

Je déjeune au milieu de l’île un repas de crevettes/riz/salade/plantain assez onéreux, mais c’est une île…

Je déambule le long de mangroves, dans la jungle, près de palmeraies et termine ma balade dans le village central, où il n’y a finalement rien à voir et où les locaux se demandent ce que je viens faire ici (tous les autres touristes se contentant de rester sur la plage toute la journée, à siroter des cocktails).

Palmiers Isla GrandeOrika

J’avais lu qu’il était possible de voir des ratons laveurs et d’autres animaux sur l’île, mais malgré toute mon attention, je n’en ai pas trouvé. Le soir, on peut aussi nager dans la Laguna Encantada pour y voir briller du plancton bioluminescent, mais hélas, les hôtels étant tellement chers, je n’ai pu opter que pour un aller-retour dans la journée. J’espère qu’un jour je pourrai tenter l’expérience ailleurs…ça a vraiment l’air incroyable.

Laguna Encantada

De retour sur la plage, je me décide à commander une noix de coco pour en boire son jus, comme je l’ai fait de nombreuses fois au cours de mes voyages. Sauf que d’habitude, ça coûte quelques centimes, puisque les lieux regorgent de noix de coco ! Eh bien là, il m’a fallu attendre 10-15 minutes qu’une personne aille en chercher (ce qui était déjà bizarre) et me facture…5€ ! Pour une noix de coco quasiment vide en plus ! Vraiment, entre la commission du type au port et ça, j’ai vraiment été pris pour un pigeon. Quand je pense que ça coûte 3 à 4 fois moins cher d’acheter une noix de coco en France, qui a traversé la moitié du globe…

Isla Grande

Le retour en bateau est censé être pire que l’aller, mais les vagues sont tellement grandes que le capitaine décide de changer d’itinéraire et de nous faire traverser la mangrove où un passage a été dégagé, ce qui permet à la fois de découvrir de nou