42 – 返回 Retour, Bilan du Voyage en Chine et Portraits de Chinois

Voilà, toutes les bonnes choses ont une fin…et le récit de ce voyage de six semaines arrive à son terme. À vrai dire, il n’y a pas grand-chose à raconter sur cette dernière journée. Le matin, nous sommes allés à l’aéroport de Pékin, où nous avons pu déjeuner ensemble, avant que je ne m’envole à 13h30. Puis mon père s’est rendu dans un autre terminal et a pris un avion tout d’abord pour Shanghai vers 19h, puis vers Paris. Pour ma part, j’ai atterri à 17h30 et j’ai pu profiter de la gratuité des transports offerts par la SNCF en cette nuit du 31 décembre. Je suis arrivé à 21h15, un peu fatigué par ce voyage, puisque je n’arrive jamais à dormir en avion. Mon père est quant à lui rentré à la maison le lendemain matin aux environs de 8h.

L’aéroport de Pékin

Petit bilan sur les chinois

Je dois avouer que l’arrivée à France a été difficile pour moi. Passer d’une population globalement souriante au dur retour des visages froids parisiens… Sans parler des idiots qui se sont amusés à bloquer les rails du train, imposant une longue attente aux passagers. C’est dans ces moments-là qu’on se dit qu’un peu plus d’autorité à la chinoise ne ferait pas de mal aux français.

On a souvent tendance à critiquer ce que font les autres pays…bien des gens voient la Chine comme un pays dénué de libertés. Ces six semaines m’ont permis de constater que ces clichés sont fondamentalement faux. Les chinois vivent leur vie, normalement… Les couples sont ensemble, les gens s’habillent comme ils le veulent, mangent ce qu’ils veulent…et le plus important : ils ont l’air de ne pas se soucier du “qu’en-dira-t-on”. Ils dansent et font leur gymnastique dans la rue. Ils chantent et sifflent dans les couloirs de métro. Bref, ils n’ont pas peur du ridicule, ni d’être jugés ou de savoir ce que les autres vont penser. En réalité, ne sont-ils pas plus libres que nous ? 

J’ai pu me promener à travers toute la Chine, du matin très tôt à tard le soir, sans jamais me sentir menacé. Jamais. Qui peut en dire autant en France ? Alors oui, sur la place Tian’anmen, il y a des caméras, il y a une présence policière… Oui, quand on prend le métro dans les grandes villes, nos sacs passent aux rayons X. Et alors ? Tant qu’on n’a rien à se reprocher, si cela garantie une certaine sécurité, pour ma part, je trouve cela très bien. D’ailleurs, le résultat est là : la Chine est un des pays les plus sûrs au monde ! Un vieux sage chinois m’a dit : “On ne peut pas gérer une population d’un milliard et demi de personnes de la même manière qu’une population de soixante millions d’habitants“. (Non je plaisante, en fait c’est mon père qui dit ça…).

Bref, tout ça pour dire que la Chine, j’ai aimé, parce que chacun y est “naturel”. Les touristes portent des casquettes avec des oreilles d’animaux en peluche dessus ? Et alors ? Ils se font plaisir, pourquoi les critiquer ? C’est certes une autre culture, mais elle n’en est pas moins intéressante. Et la culture chinoise est vraiment une grande culture, à n’en pas douter ! Les musées que j’ai pu visiter en témoignent : ils ont eu une avance considérable sur les occidentaux pendant des siècles. Je trouve leur art nettement plus raffiné que le nôtre pour certaines époques. Leur architecture est fascinante, leur cuisine très variée, tout comme leurs cultes. Les paysages sont renversants, pourtant je n’ai pas vu un quart de ce qu’offre la Chine…et je pense que j’y retournerai très certainement. Ce ne sera probablement pas mon prochain voyage (que j’envisage déjà), mais dans quelques années j’aimerais voir ce que j’ai été forcé de retirer de mon itinéraire initial, faute de temps.

Tout le long du voyage, j’ai noté quelques traits que j’ai remarqué dans la population. Voici venu le temps de te les balancer en vrac avec quelques anecdotes rigolotes. Attention, ils ne reflètent pas forcément tous les chinois…seulement ceux que j’ai pu voir ou rencontrer.

 

D’une manière générale, les chinois…

…sont bruyants. Ils parlent fort et font du bruit en mangeant. Parfois, on pense qu’ils se disputent, mais non…perdre son sang-froid est le comble de l’impolitesse, aussi il est rarissime de voir des gens en colère. En réalité, ils parlent juste fort… Côté nourriture, pas de scrupule à avoir si tu fais du bruit en aspirant tes nouilles, puisque c’est presque une institution locale !

 

…aiment être en groupe. J’ai l’impression qu’être seul les dérange. Ils visitent les sites touristiques en groupe, en compagnie d’un guide muni d’un drapeau et d’un mégaphone, quitte à toujours être serrés les uns contre les autres… Ils mangent ensemble et partagent toujours leur nourriture : on met les plats au centre et chacun se sert. J’ai beaucoup aimé cette facette, c’est bien plus convivial que chez nous, où l’on commande son assiette.

…s’en foutent de gêner lorsqu’on prend une photo. Tu veux être seul devant un monument, l’espace de quelques secondes ? Accroche-toi, ça va être dur ! S’ils ne s’occupent pas d’apparaître sur ta photo, ils ne sont pas non plus dérangés par ta présence sur la leur !

…aiment poser avec un étranger. Pour compléter l’anecdote précédente, je dirais qu’ils adorent avoir un occidental sur leur photo. On dirait que c’est une véritable chasse au trophée ! “Eh regarde, j’ai eu un français et deux australiens, et toi ?“. J’exagère peut-être mais c’est vraiment étrange au début qu’un (ou “une”…surtout “une” la plupart du temps en fait…) chinois(e) t’aborde et te demande de poser avec eux (elles) sur une photo. Imagine ça en France, la tête qu’on ferait…

…ne savent pas faire la queue et n’hésitent pas à pousser. Ça, au début, c’est énervant. Quand on monte dans le bus, c’est à celui qui sera le plus fort. Quand on fait la queue pour acheter un ticket ou passer les sacs aux rayons X dans les gares, quelques chinois peuvent passer devant sans scrupules. Après on s’habitue…et quand on fait presque 1m80 avec mon gabarit…on joue le jeu, et on gagne souvent… Personne ne s’offusquera, ce sont juste les règles du jeu…un jeu différent du nôtre, c’est tout.

 

…ont tous des smartphones de dernière génération. J’ai été abasourdi de constater que les téléphones à la pomme et autres Samsung étaient entre toutes les mains. Pourtant, j’ai pu vérifier que les prix étaient sensiblement les mêmes en boutique… Même au fin fond du Yunnan, dans le bus, des iPhones… Si nous on galère à se les payer avec nos salaires occidentaux, comment font-ils ? Quelques backpackers m’ont dit que c’étaient souvent des faux…franchement j’en doute. Copier l’extérieur est simple, mais avoir la même interface, la même sensibilité tactile et la même réactivité…ça me semble gros.

…n’hésitent pas à aider. J’ai pu constater que les chinois ont une tendance naturelle à aider les touristes. Sans s’imposer, si tu sembles être perdu, quelqu’un viendra de lui-même t’aider. Tout comme certains autres “faits” de cette liste, c’est un peu moins vrai à Pékin, mais ailleurs c’est très plaisant. Certaines filles n’ont pas hésité à me/nous courir après pour nous indiquer la bonne direction après s’être trompé, ou même à nous emmener jusqu’à notre destination !

…disent toujours “hello”. Blanc = américain. Jusqu’à ce qu’ils te demandent d’où tu viens, s’ils en ont l’occasion, tu es un américain à leurs yeux. Aussi, dans la rue, les enfants comme les grands te gratifieront d’un beau “Hello !” à ton passage.

 

…ont une façon différente de compter sur leurs doigts. Essaye donc de faire “10” avec tes mains, et tu verras leur réaction !

…âgés sont en meilleure forme qu’en France. Dans tous les parcs, tôt le matin, les personnes âgées se retrouvent pour faire leur gymnastique, passer un moment ensemble et discuter. Ainsi, ils ne sont pas enfermés chacun chez soi, au contraire, ils passent leur temps en compagnie de leurs amis. Par ailleurs, j’ai vu des vieux porter des choses encombrantes avec une grande facilité. J’ai donc le sentiment qu’ils sont mieux conservés qu’en occident. Une autre explication serait que ceux en bonne santé sont les seuls à être toujours vivants…mais je préfère ma première hypothèse.

…crachent, rotent et jettent leurs ordures par terre. Encore un point qui peut choquer nos âmes occidentales ! Au premier abord, c’est clairement répugnant. Et en se penchant un peu sur leurs croyances, on comprend mieux pourquoi ils crachent partout. Pour eux, ce qui sort du corps est sale (et ils n’ont pas tort…). Il faut donc l’expulser. Du coup, ce sont eux qui sont choqués en nous voyant nous moucher ! Eh oui, c’est impensable de remettre dans sa poche une telle saleté… Bon, pour ce qui concerne les ordures par terre, là je n’ai pas d’explication… Heureusement, tôt le matin, une armée d’éboueurs ramassent tout, ce qui résulte à un état impeccable des villes, qui restent toujours propres. En revanche, à la sortie des villages de campagne, les décharges à ciel ouvert ne sont guère agréables.

…sont moins sympathiques que les chinoises. On a pu constater que les filles sont globalement plus gentilles que les hommes, et plus disposées à négocier que les hommes. Sur le marché, un prix jugé trop bas par un homme pourra résulter par le refus clair et net de poursuivre la vente. Alors que les femmes le prendront toujours avec le sourire et seront plus disposées à faire des compromis.

 

…sont les égales des chinoises. Pour poursuivre le point précédent, le communisme a beaucoup modifié la condition des femmes. D’après ce que j’ai vu, mais je ne suis pas spécialiste en la matière, les femmes ont l’air “mieux traitées” qu’en France. Aucun travail ne leur est interdit : j’ai vu autant de femmes que d’hommes sur les chantiers de construction. Est-ce une généralité ? Il faudrait se pencher plus longtemps sur la question…

…ne mangent pas de chien. Un cliché bien ancré dans la mentalité occidentale, c’est que les chinois mangent du chien. Alors oui, ça a été vrai. Ça l’est beaucoup moins aujourd’hui. Il faut garder à l’esprit que la Chine a connu de grosses périodes de famine, et qu’ils ont dû faire avec ce qu’ils pouvaient (tout comme en France pendant la guerre…). Aujourd’hui, quelques chinois mangent une race de chien élevée exprès pour ça, dans quelques endroits. Personnellement, en six semaines, je n’ai pas eu l’occasion d’y goûter. Je crois (mais je ne suis pas sûr) en avoir vu une fois à Lijiang…mais ça reste peu pour en faire une généralité. En revanche, j’ai vu beaucoup de chiens en Chine, et ils allaient très bien, je te rassure !

…aiment se déguiser. Dans tous les lieux touristiques, on trouve de petites salles où il est possible de se costumer et d’être pris en photo devant un décor. Par exemple au site de l’armée enterrée à Xi’An, il était possible de se déguiser en Général, de monter sur un char au milieu de quelques statues et de récupérer la photo en papier ou sur un objet (tasse, porte-clé…). Sur la Grande Muraille, c’était au milieu de soldats mongols…et à la Cité Interdite…

…euh…là c’est dur de faire une phrase avec “les chinois sont”, parce que je ne parle que des chauffeurs de taxi. Il nous est souvent arrivé que des chauffeurs de taxi refusent de nous prendre. Est-ce la peur de ne pas comprendre la demande ou une antipathie envers les étrangers ? Je l’ignore. Mais bien des voitures ne se sont pas arrêtées pour nous alors qu’elles étaient vides, ou bien sont repartis peu après que nous leur ayons montré notre destination en caractères chinois. Quand ça n’arrive qu’une fois, ça va, mais quand il faut arrêter 5-6 taxis avant qu’un n’accepte, ça peut devenir embêtant. Dans le même genre, j’ai voulu une fois demander mon chemin à un garde près d’une route. En me voyant m’approcher, il s’est tourné pour que je ne lui parle pas ! Ah, j’étais “colère” sur le moment ! Il n’avait rien à faire, il était dans une cabine d’un mètre carré, exprès pour ça !

 

…sont très généreux. Plusieurs fois, j’ai eu l’occasion de me faire offrir des cadeaux par des inconnus. Que ce soit des clémentines dans le bus, ou du thé au beurre de yack à 4000 mètres d’altitude, les chinois n’hésitent pas à donner.

…servent tous les plats en même temps. Au restaurant, tu commandes tout d’un coup : entrée, plat et dessert. Eh bien, les serveurs amènent tout sans distinction… Pour un dessert basique, ce n’est pas bien grave, mais quand on reçoit une glace en même temps que le poulet, c’est un poil plus gênant…

 

…ne mangent pas de nems ! Eh non, c’est vietnamien ! Bon, ça je le savais déjà parce que j’ai eu la chance d’aller au Vietnam en 2009, mais un brin de culture gastronomique ne te fera pas de mal, ahah ! En fait, oublie tout ce que tu peux manger dans les restaurants chinois en France…là bas, ça n’a rien à voir.

 

…aiment manger dans la rue. Et moi aussi ! J’adore cette facette de l’Asie : partout, on trouve de petits stands où l’on peut se restaurer sur le pouce. Brochettes, pâtisseries, vapeurs, boissons, spécialités locales…on peut se remplir le ventre pour quelques centimes et découvrir de nouvelles saveurs à toute heure de la journée.

…aiment montrer “qu’ils y étaient”. C’est incroyable le nombre de gens qu’on a vu se prendre en photo devant un paysage ou une vitrine de musée, puis partir sans même profiter justement de ce qu’ils ont pris en photo. Ils arrivent en courant, tendent leur bras, un “clic”, et hop, c’est reparti !

 

…ont un plus grand respect pour la famille. Conséquence de la politique de l’enfant unique ou non, les familles chinoises semblent plus soudées que les familles occidentales. Qui plus est, les personnes âgées sont très respectées et il n’est pas rare que des gens laissent naturellement leur place aux cheveux blancs dans les transports..mais aussi aux enfants ! Même si cela semble normal, chez nous il a fallu poser des autocollants pour le rappeler…

Quelques chiffres

Mon tour en Chine, c’est…

– 1 patte de poulet “dégustée”
2 guides papiers lus de A à Z
– 3 scorpions dévorés
– kg perdus
5 jours de maux de ventre
6 provinces visitées
– 7 vols en avion
– 7 criquets mangés
– Des gens rencontrés venant de 11 pays et territoires : Belgique, Israël, Australie, États-Unis, France, Italie, Pays-Bas, Allemagne et bien sûr Taïwan, Hong-Kong et…Chine !
14 kg sur le dos au début
?? kg sur le dos à la fin (mais avec tous les souvenirs, c’était bien plus !)
– 43 jours de voyage
– 71 tickets d’entrée, de bus, d’avion ou autres ramenés
– 557 séquences vidéo filmées
– 3500 km par voie terrestre
4000 mètres : l’altitude la plus haute atteinte à pieds
– 5485 photos prises !!!
22000 km par voie aérienne (à vue d’pif hein…)

 

La fin du voyage

Voilà, je pense avoir fait le tour… J’espère que ces articles t’ont plu, tout au long de ces six semaines de voyage. Je remercie tous ceux qui ont pris le temps de m’écrire quelque chose, parfois très régulièrement pour certains. Cela m’a toujours fait très plaisir, et si tu attendais avec impatience de mes nouvelles, de mon côté j’avais hâte de voir si quelqu’un m’avait écrit !

Je te rassure, ceci n’est pas vraiment le dernier article. Il achève effectivement le parcours “pas à pas”, mais j’ai encore bien des photos à te montrer. Au fil des prochains mois, je sortirai donc quelques “Hors-Série” sur des thèmes en particulier (les enfants, la nourriture, etc), ainsi que des “Infos pratiques” pour ceux qui préparent leur voyage. Qui plus est, j’ai des dizaines de vidéos à monter, car sur place c’était un peu compliqué. Il faut compter 2 à 4 heures de travail pour une vidéo de quelques minutes…sachant que je passais déjà 2 à 3 heures tous les soirs pour rédiger un article et l’agrémenter de photos, je n’aurai pas pu dormir et faire le montage ! Bref, tout ça pour dire que si tu le souhaite, tu pourras toujours recevoir la newsletter qui te tiendra informé de la parution d’une nouveauté !

 

Retour à la catégorie

Laisser un commentaire