32 -平遥城墙 Pingyao : Temples et Murailles, Chine

Après une nuit dans le train, nous sommes réveillés par la responsable de notre wagon, qui nous annonce que nous arrivons dans quinze minutes à Pingyao. Le temps de nous habiller en hâte et nous sommes à la gare. Il est six heures du matin, et déjà, des chauffeurs de taxi nous proposent leurs services. Comme il fait très froid, nous retournons dans la gare, le temps de récupérer l’adresse d’un hébergement. C’est précisément au moment où je lis le nom de l’auberge qu’un homme s’approche et nous dit “Harmony Hostel ?” et nous propose de nous déposer gratuitement. Parfait ! C’est justement la bonne. En quelques minutes, nous y sommes, et après avoir pris possession des locaux, nous nous rendormons deux heures car dans le train, ce n’était pas facile de se reposer.

Une fois prêts, nous déambulons un instant dans les rues de la vieille ville de Pingyao. Celle-ci a été oubliée par l’histoire et le tourisme ne l’a pas encore dénaturé. Elle est entourée de grandes murailles, et ce sont celles-ci qui m’ont motivé à venir ici, lors de la préparation de l’itinéraire. La ville a vraiment du charme, mais la brume y est encore plus épaisse qu’à Xi’An. Et je pense que cette fois, on peut dire que c’est la pollution, car les foyers sont chauffés au charbon et dégagent une épaisse fumée :

Un ticket global permet d’entrer dans tous les bâtiments intéressants de Pingyao. Pour l’heure, nous visitons le Temple du dieu de la ville, un peu par hasard. Une tour de la cloche, une tour du tambour, quelques pavillons…rien de bien original…jusqu’à ce qu’une longue pièce nous dévoile un spectacle terrible ! De nombreuses scènes de torture y sont représentées, certainement une vision de l’enfer, façon chinoise. Des personnes y sont broyées, sciées, fouettées, écrasées, décapitées, brûlées, empalées…les représentations sont vraiment “trash”.

Juste en face, nous entrons dans l’enceinte du Temple de Confucius. Pas mal de pavillons, des stèles et un grand symbole apparemment très précieux, peint sur un mur. On trouve aussi d’anciennes charrettes et d’autres créations qui ne datent pas d’hier. À noter aussi quelques expositions dans certains halls. Une grande cloche est accrochée au fond, l’occasion d’une petite photo :

En montant sur un balcon, on a une vue sur l’ensemble de la ville. Si tu fais attention, au loin, tu peux voir une croix dans la brume : Pingyao possède une église, ce qui est rare en Chine. Mais en nous approchant, nous avons pu constater qu’elle était fermée.

Nous reprenons notre chemin, après avoir mangé dans un restaurant rustique. L’objectif de l’après-midi est de louer des vélos électriques pour nous balader dans la ville et ensuite partir vers un ancien temple conseillé dans le Petit Futé. À notre auberge, la gérante nous informe qu’il faudra attendre une demi-heure que les vélos soient disponibles, et nous conseille d’aller faire un tour sur les murailles pour patienter. Je pensais le faire plus tard, mais pourquoi pas maintenant ? Nous montons donc à la porte Sud, qui est alors en rénovation sous des bâches.

Nous marchons un bon moment avant d’atteindre la porte Ouest. La demi-heure est déjà passée depuis longtemps, mais aucun escalier ne nous a permis de descendre plus tôt…et ici non plus ! Nous sommes donc contraints de poursuivre notre promenade sur les remparts. Ce n’est pas moi que ça dérange, car j’adore les forteresses médiévales, et comme je l’ai dis plus haut, ce sont ces murs qui m’ont motivé à venir à Pingyao.

Les murailles sont vraiment superbes, et si la brume est nauséabonde, elle donne un côté mystérieux au paysage.

Enfin, nous finissons par arriver à la porte Nord. Celle-ci est encore plus grande que les autres, et semble attirer bien plus de monde que le reste des remparts. Comme ailleurs, quelques chinois(es) nous demandent de poser avec eux le temps d’une photo.

Nous descendons des remparts, et nous dirigeons vers notre auberge, après avoir confié une pièce de monnaie européenne à un chinois qui les collectionne. C’est donc deux heures après notre départ que nous arrivons à l’auberge pour récupérer les vélos électriques.

Direction le temple Shuanglin à 6km de Pingyao. La majeure partie du trajet se fait sur une nationale, puis à travers un village et enfin au milieu des champs. Le temple, en lui-même, nous a clairement déçu. La moitié des salles n’étaient même pas éclairées, et une épaisse poussière recouvrait tout. Ce temple n’en vaut pas la peine… 

Heureusement, le vélo électrique était une expérience plus sympathique…jusqu’à ce que les batteries nous lâchent peu à peu… Le voyage de retour a été bien plus long qu’à l’aller, et le vent pénétrant nous a véritablement glacé les mains ! Il a fallu un bon moment pour que je puisse saisir un objet correctement, une fois arrêté !

Histoire de rattraper le sommeil perdu la veille, nous nous couchons un peu plus tôt que d’habitude, pour profiter du lendemain. Si la journée a été longue, je peux te dire que les murailles de la ville m’ont séduit !

Retour à la catégorie

Laisser un commentaire