Trek du Laugavegur- Du Landmannalaugar à Hrafntinnusker, Islande

Mardi 29 Août

Après cette nuit particulère, au pied du volcan Hekla, il est temps de partir vers le Landmannalaugar. Pendant que je range ma tente, je vois deux véhicules passer, ce qui me rassure un peu, car je n’ai plus d’eau et je commence à avoir bien soif. La veille au soir, prévoyant, j’ai posé ma popote à l’extérieur de la tente pour récupérer de l’eau de pluie…mais avec le vent, il y a autant d’eau que de sable volcanique, et même une grosse araignée ! Je filtre donc l’eau avec un bout de tissu, et me dis qu’au pire, je pourrais toujours boire ça en dernier recours (selon les suisses de la veille, la rivière la plus proche est à 25km…).

 

Autostop Islande

 

Il pleut un peu, un peu de soleil, je me poste au bord du chemin et attends…attends…

Vers 9h10, au bout d’une heure, un gros 4×4 approche et s’arrête. Un couple de touristes me prend : ils vont aussi au Landmannalaugar. Supers gentils, ils m’offrent une petite bouteille d’eau (je suis sauvé !) et des biscuits.

 

Arrivée au Landmannalaugar

 

Terre et Ciel en Islande

 

Landmannalaugar Iceland

 

 À 10h, nous arrivons au camping du Landmannalaugar, point de départ du fameux trek du Laugavegur . Je commence donc à marcher vers 10h30, en suivant la direction que prennent les autres marcheurs. Le trek est absolument magnifique. Sur le chemin, je croise pas mal de touristes, dont beaucoup de français. Mais rassure toi, si tu comptes y aller…ce n’est pas une autoroute non plus, j’ai marché seul toute la première journée.

 

Camping du Landmannalaugar

 

On commence d’emblée par une montée, puis une marche au milieu de rochers noirs.

 

Fumerolles Islande

 

Voyage Islande

Mousse fluorescente

 

En se retournant, on peut voir des paysages fantastiques entre montagnes, rivières et couleurs enchanteresses.

Peu de temps après, quelques fumerolles enfument l’air de leur odeur si particulière de souffre. Je croise alors deux françaises, juste avant une longue côte (il s’agit en fait d’Hélène et Elise, avec qui je sympathiserais plus tard).

 

Fumerolles Landmannalaugar

 

Laugavegur Islande

 

Souffre Islande

 

Sur la route, un groupe de VTT me laissent bouche-bée : c’est qu’il monte sec ce trek et que les descentes sont bien abruptes…déjà à pied c’est fatiguant, alors en vélo !

 

Trek en Islande

 

Les paysages s’enchaînent et sont tous plus sublimes les uns que les autres.

 

Trek du Landmannalaugar

 

Trek Laugavegur

 

Palettes de couleurs

 

Trek avec sac à dos du Landmannalaugar

 

Fumerolles et souffre

 

La dernière partie traverse des paysages de rocaille et de névés…un peu plus et on croirait une expédition nordique.

 

Landcapes Iceland

 

Expédition nordique en Islande

 

Vers 15-16h, j’arrive au refuge de Hrafntinnusker. Je ne me sens pas de faire deux étapes d’un coup : sans le sac, ça aurait pu être jouable, mais je n’ai pas encore l’habitude de marcher si longtemps avec 16kg sur le dos. J’entre alors à la « réception », et retrouve les deux françaises, Elise et Hélène, croisées plus tôt, ainsi qu’un autre, plutôt vantard, qui nous recommande de doubler l’étape. Lui-même dit qu’il veut la tripler… Il nous dit que c’est facile, qu’on a fait le plus dur et qu’après, c’est que de la descente. Pour couronner le tout, il nous annonce que le vent est terrible ici, et que des marcheurs ont dû se faire évacuer par hélicoptère la semaine dernière. Sur ce point…il n’a pas tort. Des sortes d’enclos de pierre sont dressés, ci et là pour protéger les tentes du vent. (Tu peux avoir une idée du vent là-bas en regardant ma vidéo : Le tour de l’Islande en 15 minutes).

 

Vent et tentes

 

Je cherche donc le meilleur « enclos » possible, et décide de me poser dans celui à côté des deux françaises. Pendant que nous montons nos tentes respectives, elles me proposent qu’on mange ensemble.

Un vent de dingue souffle…une vraie tempête qui manque de me faire tomber plusieurs fois, alors que je renforce mon abri avec de nouvelles pierres.

Près de nous, quatre Singapouriennes essayent en vain de monter leur tente. Nous leur apportons notre aide, et elles nous avouent ne jamais avoir campé ni avoir pris le temps de l’essayer une fois ! Un vrai comble, quand on voit les rafales de vent incroyables qu’on se prend ici… Du coup, Hélène, Elise et moi finissons par réussir à la faire tenir debout, mais vu sa hauteur, nous espérons qu’elle passera la nuit.

 

Camping bivouac Islande

Elise (en vert) et Hélène (en noir)

 

 

Après avoir mangé à trois dans l’exiguïté de ma tente, nous nous séparons et essayons de dormir…en priant pour que les toiles ne se déchirent pas !

Dépenses de la journée : 1200 ISK pour la nuit à Hrafntinnusker

Trà Vinh : Le Delta du Mékong, Vietnam
De Reykjavík au volcan Hekla, Islande

Auteur: Morgan

Partager cet article sur

2 Commentaires

  1. C’est magnifique cette destination. Ca me donne vraiment envie d’y aller. On attend juste que les enfants soient un peu plus grand pour le faire avec eux!
    Merci à vous pour tous ces articles passionnants!

    Répondre
    • Je suis content qu’ils vous plaisent, c’est ce qui me donne envie de continuer à les partager avec vous.

      Bons préparatifs pour votre voyage !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *