Au milieu des icebergs de Jökulsárlón, Islande

Samedi 2 Août

Après avoir parcouru la veille la superbe boucle de Skaftafellsheiđi, nous nous levons à 7h et nous préparons pour une autre randonnée de 4h dans les alentours. Nous avons pour nous renseigner un petit guide papier appartenant à Hélène, et qui nous indique plus ou moins le chemin à prendre.

À 8h, nous commençons donc par nous éloigner du camping, vers l’Ouest, et suivons tout d’abord une route. Visiblement, les grelottements d’hier soir ne présageaient rien de bon : j’ai la nausée, je suis fatigué… Les filles m’encouragent à faire demi-tour, mais voulant profiter à fond du voyage et du coin, je décide malgré tout de continuer.

 

Char islandais

 

Nous tombons rapidement sur ce qui ressemble à un char, sans avoir plus de détails sur sa présence ici. Quelques mètres plus loin, c’est un lac qui nous barre la route : il nous faudra virevolter sur quelques planches moisies pour le traverser.

 

Randonnée Skaftafell en Islande

 

La route se transforme ensuite peu à peu en chemin puis en sentier. À notre droite, collines et falaises couverts de végétation nous servent de repère, tandis que le reste du décor n’est que plaines désertiques. Rochers et pierres se succèdent sans fin, alors que le sentier serpente de gauche à droite, passant par dessus de petites buttes. En plus de mon état, les gros cailloux rendent la marche désagréable, mais je refuse de rentrer.

C’est alors que la pluie commence à tomber. Et évidemment, nous sommes partis « légers » puisque nous avons laissé nos sacs dans les tentes, aussi nous sommes rapidement trempés. Voulant tenter un raccourcis, nous nous retrouvons à nous frayer un chemin au milieu d’une végétation basse, mais dense, ce qui n’aide pas à nous garder au sec, bien au contraire.

Même les chaussures censées être étanches finissent inondées par la pluie qui ruisselle sur nos jambes.

Finalement, nous arrivons à une cascade, pas exceptionnelle, et perdons définitivement la trace des piquets signalant le chemin à suivre. Fatigués et trempés, nous traçons notre route tout droit vers le camping, traversant cours d’eau et végétaux humides sans nous poser de question : trempés pour trempés…autant y aller !

La matinée s’annonçait pourtant belle, mais ce fut une catastrophe ! Heureusement, la suite de la journée rattrapera sans peine cette randonnée interminable.

Nous arrivons au camping vers midi, plions les tentes, puis essayons tant bien que mal de faire sécher nos affaires pendant que nous nous restaurons. Je fais une entorse à mon mode de transport favori, l’auto-stop, pour pouvoir accompagner les filles au lac Jökulsárlón, car elles disposent de moins de temps que moi. Le bus que nous prenons est animé par une télévision qui explique au fur et à mesure de notre trajet les paysages à observer.

Puis nous y arrivons…le mythique lac Jökulsárlón. Qui aurait cru qu’un jour dans ma vie je verrais des icebergs ? L’endroit est magique, tout simplement. Comment mettre des mots sur une telle beauté ?

 

Jökulsárlón

 

Lac de glace

 

Icebergs en Islande à Jökulsárlón

 

Au loin, des blocs de glace se détachent du glacier et finissent dans cette immense étendue d’eau, dont le courant fait glisser lentement, presque imperceptiblement, les icebergs vers l’océan.

 

Iceberg descendant un glacier

 

Rivière à icebergs

 

Il est possible de louer une place sur un bateau et d’approcher les mastodontes de glace, mais nous choisissons de rester sur les bords du lac, ceux-ci offrant déjà une vue imprenable.

Excursion bateau Jökulsárlón

 

Jökulsárlón lake

 

Iceberg troué

 

Quelques oiseaux se laissent porter sur le miroir argenté de l’eau, tandis qu’un phoque nage discrètement vers l’embouchure.

 

Canard eau glacée

Pont de Jökulsárlón

 

Un peu plus loin, une colline nous permet de prendre un peu de hauteur et de contempler le paysage dans son ensemble. Le lac change en permanence de teinte au fur et à mesure que les nuages se dispersent. Les icebergs se dédoublent alors par leur reflet dans l’eau sombre. Je songe alors à planter ma tente dans les environs, afin de voir un lever de soleil sur Jökulsárlón. Mais comme il est encore tôt, je renonce à ce projet pour continuer ma route.

 

Lac Jökulsárlón en Islande

 

Reflets iceberg

Icebergs en Islande

 

C’est là que nous devons nous séparer, Hélène, Eloïse et moi. Et c’est un instant particulièrement difficile et éprouvant : après avoir tout partagé pendant 4 jours, nous nous étions tissé une amitié telle qu’on n’en connaît qu’en voyage… Des paysages verdoyants du Landmannalaugar aux cascades magnifiques du sud de l’Islande, de la plage de sable noir de Vík au promontoire offrant une vue magnifique sur le glacier de Skaftafell, nous avons partagé des moments inoubliables et intenses

Tourisme Islande

 

Je reste donc là 15 minutes, à reprendre mes esprits, à réfléchir à la suite du voyage…

 

Oiseau Islande

 

Puis je remets mon sac sur le dos, et m’approche de la route pour commencer le stop. Mais les voitures semblent toutes s’arrêter au lac et repartir par où nous sommes arrivés. Je suis rejoint quelques instants par une anglaise, avant qu’elle ne se décide à tenter sa chance plus loin. Sa silhouette rapetisse petit à petit tandis qu’elle s’éloigne sur la route.

 

Entrée de Jökulsárlón en Islande

 

Après 1h30 d’attente, je suis finalement pris par une famille d’espagnols qui m’amènent à Höfn. Fatigué et toujours humide, je décide de m’arrêter ici pour y passer la nuit. Je me cale dans un camping où je peux prendre une douche, payante comme souvent…

Dépenses : Bus entre Skaftafell et Jökulsárlón : 2500 ISK. Camping Höfn : 1200 ISK (douche : 100 ISK/4 minutes).

 

Hanoï : le lac Hoan Kiem et le pont Long Biên, Vietnam
Apprendre la plongée sous-marine à Koh Tao, Thaïlande

Auteur: Morgan

Partager cet article sur

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *